Développement Urbain : Avec une belle cagnotte de près de quinze milliards, la Commune de Bangangté passe son premier Contrat de Ville

Le Contrat de Ville signé ce 01 Août 2019 devrait permettre à la Commune de Bangangté de conduire des actions conjointes pour un développement plus harmonieux de sa cité. Il aura aussi pour objectif majeur d’augmenter et de mieux coordonner les investissements programmés au bout de 6 ans.

Le document a été signé par le Maire Dr Jonas Kouamouo en présence de Monsieur Noukoua Jean Calvin, Chef de la Cellule de Coopération et des Contrats de ville, par ailleurs représentant personnel de Mme le Ministre de l’Habitat et du Développement Urbain, sous le regard bien attentif des Autorités de la ville au rang desquelles le Premier Adjoint Préfectoral, le Sous-préfet de l’Arrondissement de Bangangté et la population parmi lesquelles les Conseillers municipaux, les chefs de quartier, les organisations de la société civile.

A travers cette signature, la ville de Bangangté s’inscrit dans le groupe des trente premières communes à bénéficier de ce Contrat de ville avec l’Etat représenté par son Ministère de l’Habitat et du Développement Urbain et les villes. Comme retombée directe un montant de près de 15.000.000.000 FCfa destiné aux investissements dans divers secteurs de la vie urbaine.

La veille, dans le bureau du Maire de la ville éponyme, un atelier a réuni les différents responsables du service technique de la Mairie et ceux du Ministère, précisément ceux de la cellule de la Coopération et des Contrats de Ville. Il était attendu des participants parmi lesquels le quatrième Adjoint au Maire Monsieur Nya Robenson, qu’ils contribuent à enrichir et éventuellement à valider le projet de Contrat de Ville et ses programmations.

Avant la signature dudit Contrat, quelques allocutions ont facilité la compréhension, le but et l’objectif même du Contrat de Ville. La première allocution, celle du Maire, en souhaitant la bienvenue à cette forte délégation du MINHDU a reconnu que la signature du Contrat de ville est un levier indéniable d’amélioration des conditions et cadres de vie des populations grâce aux avantages financiers et organisationnels qu’il offre. Le Maire précise que ce contrat rapporte à la Commune de Bangangté la somme de 14 265 000 000 FCFA d’investissement pour une durée de 6 ans (2019 – 2025) pour l’Arrondissement de Bangangté, presque trois milliards par an. Par rapport au Contrat de Ville, Dr Kouamouo a rassuré que la Commune qu’il dirige s’engage à respecter les principes établis au cours de son élaboration et d’apporter des réponses concrètes aux documents de planifications urbaines élaborées. Pour boucler la boucle, le Président de la section RDPC/NDE NORD a remercié le Président de la République pour ce geste en faveur des populations de la ville certifiée ISO 26000.

Monsieur Noukoua Jean Calvin, Chef de la délégation, représentant de Mme le Ministre empêchée, et par ailleurs Conseiller Municipal à la Commune de Bangangté a pour sa part situé le contexte qui a conduit et incité le Gouvernement de la République à passer les contrats de ville avec les Collectivités. Il a brossé de manière succincte le contenu du projet de contrat de ville. Il a clairement reprécisé la pensée du Gouvernement dans cette approche qui vise d’une part à améliorer le cadre et les conditions de vie urbain des populations et d’autre part l’amélioration et le renforcement de la planification urbaine. Le Conseiller municipal et chef de délégation relève que la mise en œuvre dudit contrat devra s’exécuter sous le regard vigilant d’un Comité de Pilotage qui devra être crée et présidé par le Préfet du Ndé et dont les missions sont les suivantes : l’examen et la validation des programmes prévu dans le cadre de ce contrat, la validation des programmes à financer par l’Etat et la Commune de Bangangté et plus. A travers lui, l’on a appris que Madame le Ministre soucieuse du dévéloppement de nos villes réaffirme sa disponibilité à apporter tout son concours et tout son appui à cet ambitieux programme.

Un temps fort a aussi marqué cet instant de signature du contrat. C’est la présentation dans les détails des Programmes d’Investissements Prioritaires du Contrat de Ville de Bangangté par Monsieur Nanfak Pierre Délégué Départemental du Minhdu dans le Ndé. Selon lui, le présent Contrat de Ville a vocation à permettre l’exécution des programmes et projets d’investissements, d’entretien et d’ajustement municipal au profit de la Commune de Bangangté. Il facilitera, à court terme, l’exécution des programmes sur la période 2019-2025. Lesdits programmes concernent l’amélioration de la mobilité urbaine, l’amélioration de l’accès aux services urbains de base, notamment dans les quartiers défavorisés, l’augmentation des efforts d’entretien des ouvrages de voirie et de drainage, l’amélioration du cadre environnemental, le renforcement des capacités de maîtrise d’ouvrage de la Commune de Bangangté, la création et/ou l’amélioration des équipements générateurs de revenus et d’emplois.

Pour la petite histoire, le Contrat de Ville est né des efforts de contractualisation Etat-Communes entrepris depuis 1999, à travers le Contrat d’objectifs signé le 29 décembre 1999 entre la Communauté Urbaine de Yaoundé et l’Etat représenté par le Ministère de l’Economie et des Finances. Par la suite, Des orientations ont été données au cours de l’atelier de 2003 sur les contrats de ville. Le premier Contrat de ville a été signé en 2003 entre la Communauté Urbaine de Limbe et le MINVILLE, en 2006 avec les Communautés Urbaines de Yaoundé et de Douala ont permis à ces villes de bénéficier d’importantes contributions financières de l’Etat, des opérateurs du secteur privé et des bailleurs de fonds. En 2010 des protocoles de partenariat (forme simplifiée des contrats de ville) sont signés entre l’Etat du Cameroun et certaines CTD ; de 2004 à 2012, de vingt-neuf (29) contrats de ville et protocoles de partenariat ont été signés. Ces différentes initiatives ont permis d’impulser le développement socio-économique des villes bénéficiaires malgré des résultats mitigés car pour l’essentiel, les projets inscrits dans les Contrats de ville ne reflétaient pas les besoins prioritaires des bénéficiaires et surtout, n’émanaient d’aucune programmation. Le MINHDU a alors, pendant 5 ans, arrêté la signature de ces documents.

Au regard du contexte actuel marqué par le renforcement de la décentralisation, il a en 2017, mis en place une nouvelle approche qui consiste à faire du Contrat de Ville un outil de mise en œuvre des documents de planification urbaine. Il s’agit d’une part de : capitaliser les efforts faits par le Gouvernement pour doter les villes camerounaises des documents de planification urbaine ; et d’autre part à retenir dans les Contrats de ville, les projets reflétant les besoins prioritaires des populations tels que présentés dans les PIP de ces documents de planification urbaine.

Ainsi, Bangangté a été retenue en 2019 par le MINHDU comme deuxième ville pilote pour expérimenter cette nouvelle approche. Le Contrat de Ville est une plateforme privilégiée de collaboration entre l’Etat et les Collectivités Territoriales Décentralisées (CTD) : qui met en présence deux ou plusieurs parties ; qui s’accordent pour exécuter des programmes ou pour réaliser des projets pour lesquels elles prennent des engagements respectifs sur les plans institutionnel, matériel et financier.

Avatar

Commune de Bangangté

Commune de Bangangté située dans la Région de l'Ouest, Département du Ndé, Arrondissement de Bangangté. La commune compte plus de 200000 âmes installées et 07 Chefferies Supérieures.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *