Mot du Maire: Bienvenue à Bangangté

Dans son discours de prestation de serment, le 03 novembre 2011, le Chef de l’Etat, Paul Biya, annonçait sans équivoque à l’intention des collectivités territoriales décentralisées « le transfert complet des compétences et la mise en place des conseils régionaux. » Ces nouvelles compétences vont accroître la demande sociale des communes et nécessiter d’avantages de ressources financières. Les communes se trouvent donc face à un défi : la mobilisation des ressources additionnelles pour supporter les charges induites par le transfert des compétences et installer les populations dans le train qui doit conduire le Cameroun à l’émergence, grâce à une croissance favorisée et ressentie au niveau local.

La commune de Bangangté donc j’ai la charge depuis mon élection en 2007 ne voudrait pas manquer ce train dont parle le Chef de l’Etat. Dans le contexte de la décentralisation, nous oeuvrons avec l’appui de la population et de nos partenaires pour faire de la commune ce qu’elle est aujourd’hui. La décentralisation est un processus irréversible que toute commune doit saisir comme une opportunité. L’équipe municipale qui tient bien sa barque a été élue il y’ a cinq ans sur la base d’un programme politique et d’une vision claire ambitionnant de promouvoir le développement tant individuel que collectif des populations de la commune de Bangangté. En dépit des aléas, des contraintes de toutes natures, conjoncturelles, elle s’est attelée à poursuivre la réalisation des objectifs qu’elle s’était assignés, toujours avec détermination et méthodes. En ces derniers mois de l’année du mandat, le reflexe serait de faire un bilan mais nous nous abstenons de le faire parce que le moment idoine approche à grandes enjambées. Toutes fois, de manière générale, nous sommes fiers des actions que nous avons posées au niveau de l’hygiène et la salubrité, de l’approvisionnement des populations en eau potable, de l’éclairage public, et de l’électrification rurale, des infrastructures scolaires, sanitaires, et sportives, des appuis aux personnes nécessiteuses et aux scolaires, à la panthère sportive du Ndé, du désengorgement de nos axes routiers par la création des gares routières et des marchés, de la construction des toilettes publiques et des latrines dans les écoles et collèges, marchés…

Si beaucoup de choses ont été faites durant ce quinquennat, plusieurs restent aussi à parfaire. Comme les coureurs de fond, notre équipe attaque la dernière ligne droite de la mandature en engageant toutes ses forces. C’est à terme alors, qu’elle étalera au grand jour, les comptes que lui réclament ses populations depuis 2007.