La Mairie de Bangangté a accueilli ce 16 Janvier 2017 dans la salle des Actes, Monsieur Thorsten Waibel, Responsable à la Division Afrique du pôle gouvernance au siège de la KfW-Francfort. On notait, également, la présence de Messieurs Roger Mba, Chargé de Mission de la KfW à Yaoundé, Daniel Rolot, Chargé de Mission du Projet PDVM FEICOM KfW, ainsi qu’une forte délégation du Feicom et des points focaux pour une séance de travail sur le projet de construction du Marché Central de Bangangté en présence du Préfet du Ndé, Monsieur Oumarou Haman Wabi et de Madame le Maire et de ses 1er et 2e adjoints.

Le dossier de construction du marché central de Bangangté suit son cours normal. Si l’on s’en tient aux propos de Madame Ngane Suzanne, Cadre au Feicom, le banquier des Communes du Cameroun s’engage à ce que ce projet s’achève en 2019. C’est dans le cadre de la mise en œuvre du Programme de Décentralisation FEICOM Villes Moyennes (PDFVM) au Cameroun, financé par le Gouvernement de la République Fédérale d’Allemagne à travers la Banque Allemande de Développement (KfW), selon la convention séparée au Contrat de financement signée le 4 décembre 2012 entre la République du Cameroun et la KfW, que la Commune de Bangangté a bénéficié d’un financement pour la construction de son marché central. L’accord de financement est d’un montant de 800.000.000 Fcfa. La Commune de Bangangté apportera une contribution de 10%.

Pourquoi le projet de construction du Marché Central de Bangangté ?
Plusieurs facteurs ont imposé le choix de ce projet, d’abord la forte demande en boutiques et échoppes depuis plus d’une dizaine d’années que la Commune a de la peine à satisfaire,  mais aussi la lutte contre le désordre urbain, la faible capacité d’accueil du marché actuel construit en matériaux provisoires par les populations venant des campagnes et de toute la région pour écouler leur production avec tout ce que cela comporte comme risques pour la sécurité des personnes et des biens, le marché n’est pas assez organisé malgré l’importance reconnue du marché, dans la Culture Africaine, puis l’évolution de l’économie camerounaise qui a entraîné une évolution positive des échanges.
En 2008, le problème de gestion des marchés de la Commune a été identifié comme l’un des problèmes prioritaires, avec comme solution pertinente la construction d'un nouveau marché moderne et fonctionnel. En 2011 et encore en 2014, le Conseil Municipal a voté une délibération autorisant le Maire à rechercher des financements pour la réalisation de ce projet. Comme à son habitude Madame le Maire s'est lancée à la recherche de partenaires et notre Commune a eu le bonheur, en répondant à l'appel à projet en direction des 374 Communes du Cameroun, d'être retenue d’abord dans la short-list des 20 Communes à la pré qualification et des 12 Communes retenues pour le financement.

Description du projet
Il s’agit de la réalisation d’un espace marchand moderne en lieu et place du plus vieux marché de la ville opérationnel bien avant le décret N°807 de 1954 qui créait la Collectivité Territoriale Décentralisée de Bangangté. Ce complexe dont l’emprise au sol des bâtiments à réaliser est de 4150m² sur un site d’environ 8300m², soit un coefficient d’occupation du sol de 0,50. Le rez-de-chaussée (RDC) s’étend sur 4150 m² subdivisé en 17 blocs comprenant : 238 boutiques ; 02 blocs de 16 toilettes ; 01 bloc infirmerie ; 01 poste de police ; 01 espace gare routière d’une superficie de 933,13m² ; 50 parkings payants pour véhicules. L’étage bâti sur une superficie de 4150 m² subdivisé en 17 blocs comprend : 200 boutiques ; 01 bloc administratif ; 01 salle des fêtes ; 02 blocs de 16 toilettes ; 02 restaurants.

Les objectifs de la mission Waibel à Bangangté
Venue de Yaoundé, la délégation de la KfW a été accueillie par Madame le Maire de la Commune de Bangangté, et qui a conduit ses hôtes pour une visite de courtoisie au Préfet du Ndé, avant le retour dans la salle des Actes où étaient rassemblés les Conseillers Municipaux, les commerçants du marché A, les chefs de quartier et les représentants des services déconcentrés de l’Etat. Cette séance de travail avait pour objectif d’informer la KfW de l’état d’avancement du projet avec le prestataire retenu, le Cabinet ECTA –BTP, sélectionné par Appel d’Offre International dans le but de réaliser l’étude d’Avant-Projet Sommaire (APS). C’est cette étude, qui permettra de dimensionner le projet à travers la prise en compte des aspects relatifs à la participation citoyenne et le coût réel de cet ouvrage.


Le déroulement de la séance de travail
Les travaux ont commencé par l’exécution de l’hymne national. Le discours du Maire, suivi de la présentation du projet par des diapositives. Un discours bref et émouvant, Célestine Ketcha Epse Courtès fait savoir que « Mon vœu le plus cher est que nous puissions actuellement  franchir les étapes relatives à l’APS et l’APD pour lancer le DAO et aboutir à la réalisation effective de notre marché central, et ainsi améliorer les conditions d’exercice des activités de nos Commerçants, d’assurer des ressources à la Mairie, de voir vivre au sein de ce grand marché Régional un Service Public digne de ce nom pour le bien-être de nos populations et accompagner S.E.M le Président Paul Biya dans la mise en œuvre de sa politique de Développement Durable des secteurs concernés".
Monsieur Thorsten Waibel, Responsable Programme à la Division Afrique du Pôle Gouvernance au siège de la KfW Francfort a dans son allocution exprimé sa satisfaction à entendre parler du rêve au regard de l’engagement autour du projet, sans toutefois manquer de signaler qu’il attendait beaucoup des résultats de l’étude de faisabilité. C’est ensuite que le consultant ECTA BTP. Il explique qu’au départ, il était question de reprendre les enquêtes du terrain en rappelant les principales données du diagnostic physique et social. C’est au cours de la présentation volet projet sommaire descriptif que Monsieur Oumarou Haman Wabi, Préfet du Département du Ndé va recadrer le coût du projet. Le représentant du Cabinet ECTA BTP ayant fait ressortir deux variantes du projet dans sa présentation chacune assortie d’un budget de plus de deux milliards. Entre ce budget partiellement présenté par le consultant et celui mentionné sur le dossier de financement, il y a un très grand écart, d’où l’intervention de l’Autorité Administrative pour faire remarquer et attirer l’attention sur le dépassement de l’enveloppe financière prévue. Les partenaires financiers et le Feicom très embarrassés ont manifesté leur surprise face à cet écart aussi élevé qui n’a rien de commun avec le montant global. Madame le Maire prendra la parole pour exprimer son indignation face à cet imbroglio qui n’honore pas les acteurs qui ont œuvré pour obtenir ce financement et ceci en présence des représentants de KfW. Déjà, au cours de son allocution, elle avait reproché au consultant le retard accusé par le dossier « Le consultant ECTA-BTP, notifié le 05 Août 2016 devait achever le 05 Décembre 2016 ses travaux et rendre son rapport. Vous conviendrez avec moi, que notre consultant accuse déjà quarante et un jours de retard dans la finalisation de ces études d’APS. » remarque pertinente qui se confirme par l’incohérence avec l’enveloppe financière prévue comme si le consultant faisait tout pour disqualifier la Commune.

Il a été recommandé à l’entreprise ECTA-BTP de se mettre en contact avec les Services Techniques de la Mairie de Bangangté pour rentrer dans l’enveloppe budgétaire et les termes de référence dans un délai de 21 jours.
La mission de travail s’est achevée par une visite sur le terrain au marché A de Bangangté, là où sortira de terre le futur marché central de la ville. En effet, cette mission qui aurait dû s’achever sur une note de satisfaction a laissé un goût amer, avec un sentiment de doute, et d’incertitude quant à la capacité d’ECTA BTP de conduire techniquement ce projet jusqu’à son terme.