C'est dans le cadre du plaidoyer sur les Services Essentiels dont la Commune de Bangangté assure la présidence du groupe pays, que les Communes et Villes Unies du Cameroun (CVUC) et l'Association Internationale des Maires Francophones (AIMF) envisagent avec l'appui financier de l'Union Européenne (UE), de renforcer la prise en compte par les décideurs nationaux, régionaux et mondiaux, des problématiques et des positions des Autorités Locales.

A l’occasion de l’Assemblée Générale de l’Association Internationale des Maires Francophones (AIMF) tenue à Kinshasa en fin 2014, les Maires ont rappelé les principaux problèmes auxquels ils sont confrontés et pour lesquels ils attendent un appui de l’AIMF.
Comme contribution à la recherche des problèmes énumérés, un accord-cadre de partenariat AIMF-Union Européenne a été signé le 28 janvier 2015 par Mme Anne HIDALGO, Présidente de l’AIMF et M. Neven MIMICA, Commissaire européen à la coopération internationale et au développement pour la période 2015-2020.   

L’objectif du partenariat stratégique AIMF/UE est de renforcer la prise en compte par les décideurs nationaux, régionaux et mondiaux des problématiques et des positions des Autorités Locales.

Lors de l’Assemblée Générale de l’AIMF d’octobre 2015 tenue à Tunis et faisant suite à la signature de ce partenariat stratégique, les participants ont mis en place deux groupes de plaidoyer en prélude à la mise en œuvre de ce partenariat stratégique : « Autonomisation des Autorités Locales » qui traite des thèmes : finances locales, fonction publique territoriale et « Ville durable, ville pour tous » qui prend en charge les sujets : rôle des autorités locales face au défi climatique, services essentiels.
 
Pendant la première réunion du groupe thématique « Services Essentiels » qui s’est tenue à Douala (Cameroun) du 10 au 12 mai 2016 et dont  les objectifs étaient d’une part, de partager les résultats du diagnostic mené sur l’état des lieux de la gestion de l’eau, l’assainissement et des déchets dans les quatre pays ( Cameroun, Côte d’Ivoire, Sénégal et Burkina Faso) et d’autre part, d’élaborer un plan d’actions pour chaque pays,  le groupe de travail Cameroun présidé par le Maire de Bangangté (constitué d’élus locaux, de décideurs étatiques, de prestataires de services, d’acteurs de la société civile, d’experts) avait préconisé la mise en place d’ ambassadeurs AIMF pour accompagner le plaidoyer au Cameroun.

 A la suite de cet atelier de lancement du groupe pays Cameroun à Douala, s’est tenu le 23 février 2017 au siège des CVUC, la première rencontre des ambassadeurs au cours de laquelle la démarche du plaidoyer et le calendrier des activités ont été validés. Ce calendrier prévoit par la suite l’organisation de quatre ateliers régionaux à Yaoundé, Bangangté, Douala et Ngaoundéré, deux autres rencontres des Ambassadeurs à Yaoundé en juin et en septembre, et le lancement du Plaidoyer Cameroun au mois de Juillet avant la Session budgétaire.

La deuxième concertation régionale qui aura pour cadre la Salle des Actes de la Mairie de Bangangté, va regrouper les Autorités Locales de la région de l’Ouest, les Ambassadeurs AIMF, les Autorités administratives et déconcentrées et plusieurs intervenants dans la chaîne des services essentiels.

Il est question de compléter les sources officielles transmises par les ministères, par les témoignages des élus et les données fournies par les fournisseurs de service, de même les recommandations des élus locaux afin de nourrir le plaidoyer qui sera porté le moment venu par les 10 Ambassadeurs AIMF, auprès du Gouvernement et des Partenaires internationaux.