Etoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactives
 

L’amélioration du cadre de vie des populations dans le périmètre urbain de la ville de Bangangté était l’objet de la réunion de sensibilisation des chefs de quartiers, de blocs, transporteurs, propriétaires de véhicules et autres engins et les occupants de la voie publique en matière de lutte contre le désordre urbain et la promotion du civisme fiscal. Cette importante rencontre a eu lieu le 04 Avril 2017 à 15h dans la salle de fêtes de la Commune de Bangangté autour des Maires, Célestine Ketcha Courtès, du Premier Adjoint Dr Jonas Kouamouo, de la troisième adjointe Virginie Tamen Fotso, du Délégué Départemental de l’Urbanisme et de l’Habitat, du Receveur Municipal, le représentant du Chef Centre Départemental des Impôts et de l’Adjoint d’Arrondissement de Bangangté.

Prenant la parole en premier, le chef de service Hygiène de la Commune, Mr Honoré Tchaewo a introduit la rencontre en mettant en exergue les difficultés que la ville rencontre, l’empêchant de se maintenir au plus haut. L’on a constaté avec Film à l’appui le désordre urbain qui se développe à travers l’occupation anarchique des trottoirs et de la chaussée par certains opérateurs économiques et cultivateurs. Le non-respect des panneaux de signalisation et les sens interdits par des automobilistes, le mauvais usage des bacs à ordures, la création sans autorisation des dépôts d’ordures par les ménages et surtout le non-paiement de l’impôt libératoire par les motos taxi de la ville sont autant de comportements néfastes au Développement Durable engagé à Bangangté par l’Exécutif Municipal.

Une présentation Power Point des images de ce désordre Urbain a permis à l’assistance de mesurer la gravité de la situation qui méritait d’être adressée en urgence.
Madame le Maire, fraichement de retour de mission à New york, Brazzaville et Paris où elle a dignement représenté le pays de S.E.M Paul Biya, a pris la parole pour axer sa communication sur le plan de circulation de la ville, de la gestion des espaces, de l’encadrement réglementaire et de l’intérêt que les Populations ont de proscrire le désordre urbain et l’insalubrité. Elle a rappelé les statistiques qui ont permis à partir des Centres hospitaliers d’enregistrer une baisse du taux d’accident de l’ordre de 60% aux lendemains de l’installation des panneaux de signalisation dans la ville surtout les sens interdits. Elle a rappelé aussi le gain sur le plan santé, car la salubrité permet de préserver un environnement sain et réduire les maladies et par conséquent les factures de pharmacie etc… Surprise par ce retour à l’incivisme, Madame le Maire a préféré donné la parole aux acteurs de Développement de la ville invités pour leur perception de cet état des lieux et des solutions idoines.

Impressionnés par les images « Chocs » du début de la rencontre qui ont appelé rires et désolations, Les échanges ont été assez houleux, francs et constructifs. On entendra ainsi les conducteurs de motos dire que les panneaux de signalisations notamment les sens interdits semblent ne s’adresser qu’aux motos et non aux voitures ; les transporteurs quant à eux parleront des accidents occasionnés par les motos non en règle ou porteurs de chasubles sans papiers. D’autres exprimeront leur désolations de voir les populations se mettre à l’aise dans les espaces verts ou à même la chaussée cas de l’arrière de la tribune dont les urines y sont déversées, traversent la chaussée, l’insalubrité qui se pose au niveau de la gare routière avec l’absence des toilettes etc…. Interpellés les agents de la police Municipale se sont expliqués. L’intérêt de ces échanges est que les solutions ont été apportées par les participants eux même justifiant la pertinence de cette rencontre. Parmi ces solutions l’urgence d’utiliser les sabots et la herse.

Les sectoriels ont été invités par Madame le Maire pour leur position et conseils. Le Délégué Départemental du Minduh a insisté sur l’importance de l’utilisation des bacs à ordures, qui sont parfois en feu du fait du type d’ordures versées dedans et parfois ces usagers laissent les bacs à ordures et versent les ordures par terre. Il a interpellé les populations sur les dangers de cultiver en bordure de la route avec les risques de la détérioration du goudron à laquelle s’ajoute la suppression du trottoir occasionnant la réduction de chaussée et des accidents.
Mr Jules Etoa, représentant du Chef de Centre Départemental des Impôts a intervenu pour expliquer les bienfaits de s’acquitter des frais de l’impôt libératoire. Il a expliqué que les procédures sont simplifiées au niveau de leur service tant pour les motos, transporteurs que pour tout le monde à la suite de l’intervention de Madame le Maire, ce qui a conduit à la réduction des taxes à leur plus simple expression (2500 Fcfa par trimestre pour l’Impôt libératoire). Il déplore que rien n’est payé malgré ces efforts et leur donne jusqu’au 15 Avril 2017 pour se mettre en règle.

Les recommandations ont donc de commun accord porté sur :
- Renouvellement des tenues des motos-taxi ;
- L’obligation de porter ces chasubles ;
- L’obligation pour tous ces opérateurs d’avoir toutes les pièces légales pour exercer en toute quiétude le métier ;
- Le respect des trottoirs avec interdiction de cultiver sur la voie publique ;
- La réorganisation de cette gare avec un nouvel système de chargement et de déchargement sans racolage ;
- Le respect des panneaux de signalisation et la pose des panneaux d’interdiction de stationnement ;
- L’urgence d’utiliser les sabots et la herse ;
- Le déguerpissement des opérateurs occupant la chaussée le long du boulevard.

Au terme de ces recommandations parole a été donné au Commissaire de la Sécurité Publique, au Receveur Municipal et aux représentant des Chefs de quartier pour leur avis.
Pour le Commissaire de Sécurité publique de Bangangté, Abraham Som Mbende, la répression sera palpable avec la descente sur le terrain de éléments de la Police pour appuyer « la police municipale » dans l’exercice de ses fonctions et pour que l’ordre règne ». Quant au Receveur Municipal, Mr Kouetcheu Martin, il assure que l’occupation de la voie publique doit se faire avec une autorisation préalable faute de quoi les contrevenants seront frappés d’une amende à payer à la Commune non négociable.

Les sanctions seront fermes et exécutées à titre d’exemple, le sabotage des véhicules mal garés vaudra une amende 35.000 Fcfa, qui doit être payée sous quittance à la caisse de la Mairie avant de voir son véhicule être restitué. L’occupation des axes principaux et autres sont proscrites. La relance concours du quartier le plus propre est en cours et la remise du trophée au vainqueur est attendue ce 1er Mai 2017 au cours de la célébration de la fête du travail. Le chef de quartier vainqueur du concours aura droit à l’installation d’une lampe solaire sur la cour de sa Chefferie.

Il est à noter que les chefs de quartier ont pris l’engagement devant leur représentant pour sensibiliser les populations pour que l’hygiène et la salubrité de même que l’ordre règnent dans les quartiers. Ce sera leur cheval de bataille.
Les remerciant pour cette disponibilité et contributions, Madame le Maire a dit sa fermeté de voir l’ordre régner dans la ville Onusienne avec Tolérance ZERO avant de passer la parole à l’Adjoint d’arrondissement. Dans son mot de fin Monsieur Bangya Bertrand Adjoint d’Arrondissement de Bangangté a dit sa satisfaction pour l’initiative louable de l’Edile de la Ville ONU des meilleures Pratiques de Service Public car elle vise à l’amélioration du cadre et du milieu de vie des populations. Il a exhorté les Chefs de quartiers à respecter leur engagement et accompagner la Commune.