Fonka Awa Augustine : "Sur le plan économique, «Gastro Ndé’lices» est aussi une opportunité pour les producteurs de travailler d’avantage et de conquérir des parts de marché leur permettant non seulement de gagner de l’argent, mais aussi de créer de nouve

Catégorie : Une Publication : jeudi 4 janvier 2018 Écrit par Foire Gastro Ndélices

Mot du Gouverneur de la Région de l'Ouest pour la sixième édition de la Foire Gastro Ndél'ices.

La Foire Gastronomique organisée par la Commune de Bangangté au crépuscule de chaque année est, à la fois, une porte qui se ferme, avec douceur et une autre qui s’ouvre avec espoir sur la nouvelle année. L’année, la 6ème du genre, va du 15 Décembre 2017 au 02 Janvier2018. Cet événement est une vision politique et sociale adossée à des convictions éprouvées d’un Maire et d’une mère. La régularité et le faste observé témoignent la volonté d’une collectivité territoriale déterminée à imprimer sa marque dans les habitudes des populations locales. A vrai dire, les effets induits d’une politique réussie se mesurent à la qualité et à la quantité des besoins satisfaits des populations cibles, puis, à l’adhésion de celles-ci aux actions menées par les dirigeants.

On sait, du reste, que les besoins élémentaires d’un individu se déclinent pour l’essentiel, selon trois verbes : se nourrir, se vêtir, se loger. Lorsque « se nourrir » se réalise difficilement au sein d’une population, aucune politique publique ne peut prospérer ; car, un individu qui a faim est plus enclin à se mettre en colère qu’à écouter les discours qu’on lui adresse. En clair, la sécurité alimentaire est un volet essentiel de toute politique sociale. Seulement, il ne s’agit pas seulement d’avoir à manger ; encore faut-il manger ce qui est convenable, gage d’une bonne santé. Il convient donc d’être informé sur la variété et la qualité des aliments. Et c’est ici que les politiques ont la responsabilité d’informer les populations. Je considère donc cette foire comme un moyen de communication destiné à informer les populations sur ce qu’il convient de manger.

Pour ce rendez- vous, l’esplanade de la Mairie de Bangangté est un jardin des délices où les épices du Département du Ndé sont macérées avec les produits agricoles du terroir, pour le bonheur des populations locales, et le plaisir des visiteurs. L’image que je convoque n’est pas osée, si je m’en tiens au concept forgé par les organisateurs de cette cérémonie : « Gastro Ndé’ lices ». Le Ndé, un lieu où l’on mange du bon, et où l’on boit du réjouissant pour la joie des papilles… Voilà, je présume, l’esprit qui anime cette fête foraine. Sur le plan social, il s’agit évidemment d’alléger les dépenses des ménages pendant les fêtes de fin d’année, en mettant à la portée de toutes les bourses les denrées de première nécessité, tout en valorisant les richesses culinaires locales. Mais l’événement mérite d’être inscrit dans le contexte général de l’action des pouvoirs publics.

Chaque année, suivant un calendrier adapté aux besoins des populations, le Ministère du Commerce organise des ventes promotionnelles des produits de grande consommation, avec le concours des opérateurs des filières concernées et le projet Agropoles, programme gouvernemental visant à démultiplier la production alimentaire dans le pays. C’est la Mission de régularisation et d’approvisionnement des produits de grande consommation (MIRAP), qui se déploie périodiquement sur le terrain de la lutte contre la vie chère. Les structures déconcentrées du Ministères du Commerce sont tenues de mettre en œuvre ce programme dans toutes les régions du pays avec l’appui des collectivités territoriales décentralisées. La tournée économique et les différentes séances de travail que je tiens avec les responsables régionaux sont aussi des occasions où j’encourage les populations à adhérer à cette action gouvernementale, en produisant plus et mieux, et à bas coût. La Commune de Bangangté, en appui du Ministère du commerce s’inscrit dans cette vision républicaine axée sur la politique de l’autosuffisance et de la sécurité alimentaire consistant à permettre que les populations se ravitaillent à moindre coût. Producteurs, distributeurs et consommateurs se retrouvent autour d’une idée : les prix promotionnels de leurs produits.

Sur le plan économique, «Gastro Ndé’lices» est aussi une opportunité pour les producteurs de travailler d’avantage et de conquérir des parts de marché leur permettant non seulement de gagner de l’argent, mais aussi de créer de nouveaux emplois et donc de lutter contre la pauvrété. Cette foire est enfin une opportunité pour les entreprises qui exposent, petites, moyennes et grandes, de mieux se faire connaître du grand public. C’est de la publicité directe, la vie chère, les Entreprises se font connaître auprès des populations. Au final, « Gastro Ndé’ lices » présente aux visiteurs le savoir-faire et l’expertise des nobles, dignes et élégantes populations du Département aux trois lettres.

Le défi que veut relever la Commune de Bangangté aujourd’hui, me semble-t-il, est celui de parvenir à engager une réflexion sur la manière de lutter efficacement contre la vie chère par la production des idées novatrices pouvant aider les décideurs à mettre en place des mesures en vue de corriger les dysfonctionnements au sein des marchés livrés à la spéculation et à l’inflation. Il y’a filigrane la proposition de renforcer les dispositifs pro- concurrence, une saine concurrence entre producteurs pour lutter d’avantage contre les situations de monopole.

Pour terminer, je voudrais voir dans le programme proposé par la Commune de Bangangté, la volonté de dévoiler les charmes de ce beau Département. Car au menu, l’on peut voir des danses patrimoniales, des conférences sur des thèmes générales, des débats autour des sujets de l’heure, des visites de sites touristiques, des rencontres de populations riches de leurs différentes perceptions de la réalité, bref, le Ndé qui se décline selon ses différentes richesses physiques et humaines, des populations, et qui a su se forger une culture aux confluents et plusieurs régions par les nombreux mouvements de l’histoire. Le Ndé dans ses milles et une parure colorée autour d’un grand repas économique et culturel. Des traditions et des cultures qui mijotent dans des épices locales faisant les délices de tous et de chacun.

C’est avec les encouragements du Gouvernement de la République, sous la conduite du premier Ministre, Chef du Gouvernement, son Excellence Philémon Yang, et sous la conduite de la haute impulsion du Chef de l’Etat, son Excellence Paul Biya, que j’invite les uns et les autres à prendre part au développement économique de la Région de l’Ouest. Bonnes fêtes de fin d’année avec les mélodies langoureuses du Ben Skin, du Mangambeu et autres sons et rythmes trempés dans le « Dahéré » des bororo du Ndé, de la sauce jaune au taro des Bangoulap et autres repas et rites Medumba, délices de la gastronomie locale dans un jardin des lys.

S.E.M Augustin Fonka Awa

 

Affichages : 169

Chefs du Nde

  • Bandoumga
    Bandoumga
  • Bagnoun
    Bagnoun
  • Bahouoc
    Bahouoc
  • Bakong
    Bakong
  • Balengou
    Balengou
  • Bamena
    Bamena
  • Bangang-Fokam
    Bangang-Fokam
  • Bangangte
    Bangangte
  • Bangoua
    Bangoua
  • Batchingou
    Batchingou
  • Bazou
    Bazou
  • Bamaha
    Bamaha
  • Bangoulap
    Bangoulap
  • Gastro Ndél'ices contre la surenchère sur les denrées alimentaires de première nécessité
    Gastro Ndél'ices contre la surenchère sur les denrées alimentaires de première nécessité