Hommage à Maman CHANTAL BIYA.

Catégorie : Une Publication : mardi 7 février 2017 Écrit par Super Utilisateur

La femme au grand cœur fait un énieme don à Bangangté à travers un Centre Multimedia équipé

«Tant dans le cadre de la Fondation Chantal Biya qu’au sein de Synergies Africaines, nos interventions s’adressent aux plus démunis et couvrent plusieurs domaines essentiels, notamment : l’accès à l’éducation primaire pour tous, par la construction d’écoles, telles que les Écoles des champions ; l’éducation préventive contre le VIH/SIDA ; l’éducation en faveur des minorités à l’instar des pygmées ; l’accès à des soins de santé de qualité, notamment pour les femmes, la promotion de l’égalité de sexes qui se traduit par la mise en œuvre effective des projets innovants et ambitieux… Telles sont, Mesdames, Messieurs, les principales actions que nous menons depuis quelques années. Nous les faisons avec ardeur, je dirais même une certaine passion, mais aussi, sûrement, avec le sentiment d’apporter un peu d’aide et d’humanité au nombre toujours croissant d’hommes, de femmes et de jeunes qui sont dans le besoin ». Cet extrait du discours de Chantal Biya, Ambassadrice de bonne volonté de l’UNESCO pour l’Éducation et l’Inclusion sociale, prononcé au siège de l’UNESCO à Paris (France), le 14 novembre 2008, exprime, s’il en était encore besoin, le grand amour et la générosité sans frontières ni exclusion qu’elle a jusqu’ici manifesté à l’endroit des couches sociales les plus défavorisées.

Dans la région de l’Ouest en général et le département du Ndé en particulier, les œuvres sociales et humanitaires (santé, éducation, emploi…) de la Présidente Fondatrice de Synergies Africaines contre le Sida et les Souffrances, en faveur des populations de cette partie du pays sont innombrables. La preuve, la seule école des Champions de l’Ouest inaugurée fin octobre 2002 se trouve dans la ville de Bangangté ; l’orphelinat La Bonne Case créé en 2015 a reçu d’importants dons de la Première Dame du Cameroun. Soucieuse de l’avenir des plus jeunes, à travers ses instructions, les jeunes au chômage de Bangangté ont bénéficié d’une formation professionnalisante à la Mission de Promotion des Matériaux Locaux (MIPROMALO), axée sur la production des briques et briquettes de terre cuites. Au plan de la santé, les cas de maladies sérieuses des enfants du département aux trois lettres sont souvent pris en charge par la Fondation Chantal Biya. D’ailleurs, les patients atteints d’infections les plus compliquées ou avancées se voient généralement évacués à l’étranger, et aux frais de la Mère Teresa du Cameroun.

Éprise du devenir des Camerounais et de l’humanité tout court, face à la pandémie du siècle, l’Ambassadrice spéciale de l’ONU/SIDA qui ne lésine sur aucun moyen a, entre autres œuvres humanitaires, créé en 2006 le Centre International de Référence qui porte son nom (CIRCB). L’une des missions dévolues à cette structure haute standing, c’est la recherche sur la prévention et la prise en charge du VIH/SIDA.

Convaincue que l’un des volets du combat de la lutte contre cette pandémie consiste à développer chez les plus jeunes, des compétences qui leurs permettent de lutter efficacement contre le fléau, la Première Dame a mis sur pied le Programme vaccin social, qui est un ensemble se stratégies, de méthodes et approches pédagogiques destinées à la lutte et à la prévention des IST/VIH-SIDA.

Point n’est besoin de relever que ces actions salutaires de la Présidente Fondatrice de Cercle des Amis du Cameroun (CERAC) s’inscrivent dans la vision globale de son illustre époux, Chef de l’État, Son Excellence Paul Biya dont la volonté inébranlable a toujours été l’amélioration des conditions de vie des couches les plus défavorisées, afin que celles-ci constituent plus tard un vivier économique pour l’émergence du Cameroun à l’horizon 2015.

Pour permettre aux femmes de relever les défis de la modernité, notamment l’illettrisme des technologies de l’information et de la communication (Tic), l’infatigable épouse de l’homme du Renouveau s’est portée Marraine nationale de l’ « Opération 100 000 Femmes/Horizon 2012» et du projet un «Million de Jeunes, d'Enfants et de Femmes (MIJEF) à l'horizon 2035» en cours, organisées par l’Institut Africain d’Informatique (IAI)-Cameroun, Centre d’Excellence Technologique Paul Biya. D’ailleurs et en bonne place, sur 103 350 femmes formées au terme de l’«Opération 100 000 Femmes/Horizon 2012», la ville de Bangangté s’en est sortie avec 350 femmes en 3 séances de formation. Bien plus, à travers cette logique portée vers la promotion du genre dans notre pays au sens des OMD (Objectifs du Millénaire pour le Développement) qui ont passé le relais aux ODD (Objectifs de Développement durable), les femmes maires membres du Réseau des femmes élues locales d’Afrique, antenne du Cameroun (REFELA-Cam) ont bénéficié d’un séminaire de formation à l’IAI-Cameroun, du 22 au 23 septembre 2014. Et last but not least, la présidente du REFELA-Cam a fait partie des parrains de l’« Opération 100 000 Femmes/Horizon 2012».


Célestine Ketcha Epse Courtès
Maire de Bangangté

Affichages : 367

Chefs du Nde

  • Bandoumga
    Bandoumga
  • Bagnoun
    Bagnoun
  • Bahouoc
    Bahouoc
  • Bakong
    Bakong
  • Balengou
    Balengou
  • Bamena
    Bamena
  • Bangang-Fokam
    Bangang-Fokam
  • Bangangte
    Bangangte
  • Bangoua
    Bangoua
  • Batchingou
    Batchingou
  • Bazou
    Bazou
  • Bamaha
    Bamaha
  • Bangoulap
    Bangoulap
  • Gastro Ndél'ices contre la surenchère sur les denrées alimentaires de première nécessité
    Gastro Ndél'ices contre la surenchère sur les denrées alimentaires de première nécessité